• Thu. Feb 29th, 2024

Julia Sarr, la cuisine lente en musique

ByJan Vranken

Mar 12, 2023

Julia Sarr a surpris tout le monde il y a quelque temps avec son nouvel album “Njaboot”, qui signifie “Famille”. La chanteuse d’origine sénégalaise est parisienne depuis la fin des années 1990. ‘Njaboot’ est devenu un bel album de jazz et l’artiste qui l’a réalisé est encore relativement inconnue, surtout aux Pays-Bas. C’est donc une raison de la rechercher et d’explorer avec elle le contexte de cet album. Via Zoom, j’ai parlé à la chanteuse à Paris. Cela s’est transformé en une grande conversation, non seulement sur la musique, mais aussi sur la vie. Julia Sarr s’avère être une personne inspirante qui a encore beaucoup de choses à dire.

La veille de notre conversation, Julia avait organisé la présentation officielle de son album au Café de la Danse, près de la place de la Bastille, dans le 11e arrondissement de Paris.  C’est une salle de 500 places connue pour sa programmation de qualité.

C’était sans aucun doute l’une de mes meilleures expériences. La salle était complètement pleine, les gens étaient assis jusqu’aux escaliers, c’est dire à quel point elle était pleine. Nous avions une excellente première partie, le flûtiste Ou-Anou Diarra du Burkina-Faso, qui vaut vraiment la peine d’être découvert. J’ai joué avec mon backing band complet, ce qui est toujours un régal, car habituellement je joue avec mon trio habituel, mais pour l’occasion du lancement de l’album, nous avons joué avec trois choristes supplémentaires, ce qui nous a permis de créer un son très agréable et complet.

C’est agréable de voir Julia parler avec autant d’enthousiasme de sa performance. La question, bien sûr, est de savoir si nous pouvons nous attendre à d’autres représentations de ce genre et si des concerts similaires sont prévus aux Pays-Bas ou en Belgique ?  Les yeux de Julia pétillent lorsqu’elle répond. Je ne sais pas si nous pourrons travailler beaucoup avec cet ensemble complet à l’avenir, car dans le monde de la musique, il est tout simplement difficile de sortir des frais seul avec un tel groupe, et encore moins de faire des bénéfices. Il est très difficile de planifier si longtemps à l’avance, car de toute façon, de nombreuses personnes ne décident d’acheter des billets pour quelque chose que le soir même, et tu ne peux pas en tenir compte dans ta planification. J’avais fait de la publicité pour mon spectacle de lancement depuis des mois et pourtant, la plupart des billets n’ont été vendus qu’au guichet. C’est impossible à estimer. Mais avec mon trio, je vais certainement me produire autant que possible dans un avenir proche pour promouvoir ‘Njaboot’, en espérant que nous pourrons le faire à l’étranger aussi. Si tu connais un promoteur qui est intéressé… fais-moi signe”.

Comment se fait-il que nous ne connaissions que le nom de Julia Sarr maintenant ?

Probablement parce que je n’ai pas encore sorti beaucoup de musique moi-même. Julia répond avec un sourire. ‘Je prends mon temps pour faire de la musique, pas de stress, pas de pression. Si tu prends ton temps pour quelque chose, le résultat est toujours meilleur. Comme la cuisine lente, tu sais, c’est toujours plus savoureux que le fast-food aussi. Julia s’assied et conclut : “Je n’aborde pas ma musique comme un produit commercial, mais comme une expression artistique. Cela prend du temps.

‘Njaboot’ est maintenant ton troisième album. En tant qu’artiste indépendante, cet album est entièrement autoproduit. Était-ce une décision consciente de travailler en tant qu’artiste indépendant ? 

Mon premier album est sorti sur le label “No Format” et a été distribué par Universal Jazz. Après cela, j’ai décidé de prendre les choses en main. Aujourd’hui, en tant qu’artiste, tu n’as pas besoin d’une maison de disques. J’écris moi-même, je peux faire une partie de l’enregistrement moi-même, et si nécessaire, nous allons au studio d’enregistrement, pour enregistrer les percussions, par exemple. Bien sûr, la question se pose alors de savoir si Julia joue elle-même d’un instrument en plus du chant. Julia éclate immédiatement de rire avant de répondre. Je joue du piano, mais je ne suis pas une pianiste. J’utilise le piano pour écrire des chansons, et quand elles sont là, je les apporte à mon pianiste habituel Fred Søul, qui compose ensuite davantage.

‘Njaboot’ est principalement un bel album de jazz, où l’on peut aussi entendre l’influence de la musique traditionnelle sénégalaise. Te considères-tu comme une artiste de jazz ou une artiste de musique du monde ?

Tu sais,” dit Julia, “il y a des gens dans le jazz qui ne me considèrent pas comme une musicienne de jazz, et il y en a d’autres qui me considèrent toujours comme “trop” jazz. Tu as des puristes partout. Je me considère simplement comme une musicienne. Je fais de la musique. 

J’écoute beaucoup de jazz, toutes sortes de jazz. Du jazz moderne, du jazz classique, j’écoute aussi beaucoup de musique sénégalaise, après tout, c’est de là que je viens. Bien sûr, j’écoute beaucoup les trois grands de la musique sénégalaise. Youssou N’Dour, Omar Pene et Thione Seck. J’écoute aussi Yande Codou Sene, le griot de la tribu Serere, qui a aussi inspiré Youssou N’Dour. J’aime aussi la musique populaire plus moderne du Sénégal. Par exemple, j’aime aussi écouter Vivian Chdid et Aida Samb. Dans le domaine du jazz, je suis inspirée par la chanteuse de gospel Kim Burell, mais aussi par quelqu’un comme Robert Glasper, que j’admire beaucoup. Je suis aussi inspiré par le jazz israélien, notamment par le bassiste Avishai Cohen, et j’écoute aussi beaucoup le virtuose français de la guitare Anthony Jambon. Je pourrais continuer encore et encore. J’adore tout simplement la musique.

C’est génial de parler à un artiste qui est si passionné par la musique, et si enthousiaste. Tu es dans la musique depuis longtemps. C’est peut-être une question insolente, et pardonne-moi de la poser, mais peux-tu vivre de la musique ? 

Pas de problème,” convient Julia. Je peux vivre de la musique,” poursuit-elle. Je travaille professionnellement comme chanteuse de fond, en direct et en studio, en plus de ma propre carrière. Je double des films en français. Je change de casquette à ma guise. J’ai travaillé comme chanteuse de fond avec Francis Cabrel. Sur tous les albums de Gael Faye, tu peux m’entendre en tant que choriste. Et le ‘Grand Bal’ annuel de Youssou N’Dour ? J’y ai aussi participé en tant que choriste !

C’est agréable d’entendre comment, en tant que vraie Parisienne, tu t’inspires toujours de tes racines culturelles et tu es engagée de manière audible avec elles. Penses-tu que les gens te voient comme une représentante de la diaspora ou peuvent-ils juger ton travail sur ses mérites ? 

Avant de répondre, Julia doit réfléchir un moment. Je ne sais pas comment les gens me voient, mais je ne représente personne avec ma musique. Je ne suis un porte-drapeau pour personne. Ce n’est pas que je ne veuille pas faire passer un message avec ma musique. Je peux imaginer que ma musique signifie quelque chose pour quelqu’un d’une certaine manière, mais ce n’est pas quelque chose sur lequel j’ai le contrôle. J’appartiens à une génération de personnes qui sont venues d’Afrique en France et se sont très bien intégrées ici, c’est vrai. Toutes les personnes qui ont plus ou moins le même passé, mais qui ont leur propre histoire, leurs propres préoccupations, mais aussi leurs propres succès. Ces personnes ont toutes un message. Je ne suis pas spéciale ou particulière dans ce domaine. Je représente qui je suis, et personne d’autre. Je suis une femme africaine à Paris qui se sent à jamais connectée à mes racines sénégalaises, auxquelles je suis fortement attachée. C’est aussi pourquoi je chante toujours en wolof. 

En regardant les choses de cette façon, mon message est un message de résilience en ces temps difficiles. Je puise beaucoup de force dans ma foi. Les gens ont besoin d’un espoir auquel se raccrocher en ces temps. Tout comme un arbre peut résister à des périodes de sécheresse, les gens traversent aussi des périodes difficiles en ce moment. C’est peut-être plus un message humaniste général, mais c’est ce que je ressens. J’espère que ma musique pourra aider les gens à découvrir cette résilience et cet espoir en eux.