• Thu. Feb 29th, 2024

Music College : La scène hip-hop sénégalaise et son rayonnement mondial

ByJan Vranken

Apr 8, 2023

En tant que témoin direct, je peux affirmer que l’une des scènes musicales les plus dynamiques et les plus passionnantes du continent africain est sans aucun doute la scène hip-hop sénégalaise. Le hip-hop sénégalais, également connu sous le nom de “Rap Galsen”, est une force culturelle en Afrique de l’Ouest depuis le début des années 1990 et a acquis une reconnaissance internationale ces dernières années.

L’une des principales raisons pour lesquelles le hip-hop sénégalais est si important pour la culture africaine est son rôle dans la promotion de la conscience sociale et politique. Les artistes de hip-hop sénégalais utilisent leur musique comme un moyen de sensibiliser les gens aux problèmes importants qui touchent leurs communautés, comme la pauvreté, le chômage et la corruption politique.

Par exemple, le rappeur sénégalais Didier Awadi, membre fondateur de Positive Black Soul, et donc fondateur du hip-hop sénégalais, est un fervent défenseur de la démocratie et des droits de l’homme au Sénégal et sur tout le continent africain. Aujourd’hui encore, Awadi défend avec force les idéaux panafricains et, avec ses projets comme, par exemple, ‘ Président d’Afrique’, veille à ce que l’héritage d’hommes d’État comme le leader congolais Patrice Lumumba, assassiné par le pouvoir colonial, demeure. Dans sa chanson “Sunugaal”, Awadi aborde le problème de l’immigration illégale et le sort des migrants africains qui risquent leur vie pour atteindre l’Europe à la recherche d’une vie meilleure. Son dernier album “Quand on refuse on dit non” est un autre succès et un exemple de son militantisme acharné.

Le hip-hop au Sénégal est apparu au début des années 1990, mais ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’il a commencé à prendre de l’ampleur. Le hip-hop sénégalais est unique car il mélange des rythmes et des instruments africains traditionnels avec des rythmes et des paroles de hip-hop modernes. L’essor du genre a été une réaction aux problèmes économiques et sociaux du pays à la fin de la présidence d’Abdoulaye Wade, qui sont bien documentés. Les jeunes Sénégalais ont trouvé dans le hip-hop un moyen d’exprimer leurs frustrations et leurs espoirs d’un avenir meilleur.

Une figure clé du hip-hop sénégalais, peut-être pas évidente, est Youssou N’Dour, un musicien et activiste politique, ancien candidat à la présidence, qui a été une force influente dans la musique africaine pendant plus de trois décennies. N’Dour est connu pour mélanger la musique traditionnelle sénégalaise avec des genres modernes comme le hip-hop et le R&B. Il a collaboré avec de nombreux artistes du monde entier, notamment Peter Gabriel, Neneh Cherry et Wyclef Jean. Au milieu des années 1990, il a lancé le label de disques Xippi, basé à Dakar, en essayant de rendre la musique africaine moins dépendante des sociétés occidentales. Cet exemple a ensuite été suivi par Positive Black Soul et Daara-J Family, qui ont tous deux des labels et des studios à succès à Dakar. Positive Black Soul vient du studio ‘Sankara’ et Daara-J de son propre studio ‘Bois Sacré’.

L’un des pionniers du hip-hop sénégalais est MC Solaar, un rappeur franco-sénégalais né à Dakar et ayant grandi en France.dans les pays de la froncophonie, MC Solaar est maintenant devenu une superstar. Il a acquis une reconnaissance internationale dans les années 1990 pour sa fusion du hip-hop et du jazz, et ses textes politiquement chargés sur des questions telles que le racisme et l’immigration.Il a sorti son fantastique album “Géo Poétique” en 2014, qui mélangeait la musique traditionnelle sénégalaise avec des rythmes et des échantillons électroniques. L’album a été un succès critique et commercial au Sénégal et au-delà, mettant en avant la polyvalence et la créativité des artistes hip-hop sénégalais. MC Solaar a également eu une liste de tipparades aux Pays-Bas avec ‘The Good, the Bad’, un enregistrement du projet ‘Jazzmatazz’, sur lequel il collabore avec le malheureusement trop tôt décédé ‘Guru’.

Une autre raison pour laquelle le hip-hop sénégalais est essentiel à la culture africaine est sa capacité à promouvoir l’échange culturel et la compréhension mutuelle. Les artistes de hip-hop sénégalais collaborent souvent avec des musiciens d’autres pays africains, comme le Mali, le Ghana et le Nigeria, pour créer un mélange unique de rythmes et de sons africains. Par exemple, le rappeur sénégalais Akon a collaboré avec de nombreux musiciens africains, dont le chanteur nigérian 2Face Idibia et l’artiste sud-africain Kwesta.

De plus, le hip-hop sénégalais a eu une influence importante sur la musique hip-hop américaine, surtout au début des années 2000. Des rappeurs américains comme Jay-Z et Mos Def ont cité le hip-hop sénégalais comme source d’inspiration pour leur musique, et certains ont même collaboré avec des artistes hip-hop sénégalais. En 2010, par exemple, Akon a collaboré avec le rappeur américain Snoop Dogg sur la chanson “I Wanna Love You”, qui est devenue un énorme succès aux États-Unis et au Sénégal.

À la fin des années 1990, le rappeur sénégalais Akon, né à St. Louis, Missouri, qui est en fait Alioune Thiam, a percé avec son premier album “Trouble”. L’album, qui comportait des collaborations avec des poids lourds du hip-hop américain comme Eminem et Snoop Dogg, a contribué à faire connaître le hip-hop sénégalais à un public plus large aux États-Unis. Depuis, Akon a été nommé cinq fois pour un Grammy, et son premier album a également été certifié platine en Amérique.

D’autre part, le hip-hop sénégalais est aussi influencé par la musique hip-hop américaine. Au début des années 1990, des artistes hip-hop sénégalais comme Positive Black Soul et Daara J ont été inspirés par le mouvement rap conscient des États-Unis, qui mettait l’accent sur les questions sociales et politiques. Ces artistes ont incorporé des éléments du hip-hop américain dans leur musique, comme l’utilisation de samples et de scratchs.

Le hip-hop sénégalais a également eu une influence importante sur le hip-hop américain. Des artistes comme Mos Def et Talib Kweli ont été inspirés par la musique et la culture sénégalaises. La collaboration de Wyclef Jean avec N’Dour sur la chanson ‘How Come’ de Canibus a même contribué à faire découvrir la musique sénégalaise à de nombreux Américains. De plus, le rappeur sénégalo-américain Akon, déjà mentionné, a eu une énorme influence sur la scène musicale américaine avec son mélange de hip-hop, de R&B et de musique traditionnelle sénégalaise.

Mais l’influence n’a pas été unilatérale. Le hip-hop américain a également influencé le hip-hop sénégalais. Des rappeurs sénégalais comme Positive Black Soul se sont inspirés d’artistes hip-hop américains comme Public Enemy et Run-DMC. Le résultat est un mélange unique de styles africains et américains qui a contribué à créer un nouveau genre de musique distinctement sénégalais.

L’un des groupes de hip-hop sénégalais les plus en vue est le groupe Positive Black Soul (PBS) mentionné plus haut. Le groupe a été fondé au début des années 1990 par Didier Awadi , Duggy T et est rapidement devenu populaire pour ses paroles à caractère social abordant des sujets tels que la pauvreté, la corruption et l’éducation. Leur musique est une fusion de rythmes et d’instruments africains traditionnels avec des rythmes et des paroles de hip-hop modernes. PBS a eu une influence majeure sur la scène hip-hop africaine, et leur musique a été samplée par de nombreux artistes du monde entier. La musique de PBS est provocante, critique sur le plan social et, à ce jour, elle est une force capable de déplacer des montagnes. Le nom PBS ( Positive Black Soul) est une référence ironique au PDS ( Parti Démocratique Sénégalais).

Un autre groupe de hip-hop sénégalais important est Daara J, formé à la fin des années 1990 par Ndongo D et Faada Freddy . La musique du groupe est une fusion de la musique traditionnelle sénégalaise avec des rythmes et des paroles de hip-hop modernes. Ils sont connus pour leurs paroles socialement conscientes qui abordent des sujets tels que la pauvreté, la corruption et l’éducation. Daara J a collaboré avec de nombreux artistes du monde entier, notamment le rappeur allemand Samy Deluxe et le rappeur américain Talib Kweli. Plus tard, le nom a été changé en Daara-J Family et avec des albums comme ‘Boomerang’ , ‘School of Life’ et ‘Yaamatele’, le groupe a également marqué des points en Europe. On peut régulièrement voir Daara-J dans les festivals et les salles de spectacle européens. Hautement recommandé, si jamais tu en as l’occasion.

Ces dernières années, le hip-hop sénégalais a continué à évoluer et à expérimenter de nouveaux sons et styles.  En bref, le hip-hop sénégalais est une force culturelle vitale en Afrique et a eu une influence considérable sur la musique hip-hop américaine. Les artistes de hip-hop sénégalais utilisent leur musique pour soulever d’importantes questions sociales et politiques, promouvoir l’échange et la compréhension culturels, et expérimenter de nouveaux sons et styles. À mesure que la scène hip-hop sénégalaise continue de se développer et de croître, elle jouera sans aucun doute un rôle essentiel pour façonner l’avenir de la musique et de la culture africaines. Alors garde l’oreille ouverte pour ces artistes innovants et dynamiques, et qui sait, peut-être qu’un jour nous verrons un rappeur sénégalais remporter un Grammy.

Droits d’auteur des photos :
Droit d’auteur : OMPI. Photo : Emmanuel Berrod. Licence IGO CCA 3.0.
Faada Freddy ou Famille Daara-J. Photo: Jan Vranken