• Wed. May 29th, 2024

Faada Freddy Enflamme Anvers

ByJan Vranken

Mar 12, 2023

Le chanteur sénégalais Faada Freddy a prouvé jeudi qu’il valait la peine de laisser de temps en temps la majestueuse salle de concert historique de Roma à Anvers pour ce qu’elle est, et de passer une porte de plus pour se rendre sur la petite scène intime de Roma’s Amor, où il s’est produit en solo devant une salle comble d’une centaine de personnes.

Pour les amateurs de musique d’Afrique de l’Ouest, et en particulier de musique populaire sénégalaise, Faada Freddy n’est pas un inconnu. Lorsqu’il ne travaille pas sur sa carrière solo, il forme avec son ami Ndongo-D le groupe de hip-hop Daara-J Family, avec lequel il se fait un nom depuis Dakar depuis 1994. Avec Daara-J, il n’est plus étranger aux scènes internationales depuis longtemps. Daara-J Family est l’un des groupes de hip-hop les plus importants d’Afrique. Aujourd’hui, Faada Freddy est en Europe pour une courte tournée en solo afin de se préparer à la sortie de son prochain album en mai. La semaine dernière, le single ” Tables will Turn ” a été publié comme précurseur de cet album. Faada a déjà sorti l’album “Gospel Journey” en 2015. Avec les nouvelles chansons de son album à paraître et quelques superbes reprises, il y avait de quoi faire un spectacle en solo, pour lequel les attentes étaient néanmoins élevées.

Sous des applaudissements enthousiastes, Faada est apparu sur scène avec sa guitare. Il n’a besoin de rien d’autre que d’un micro et d’une station de boucle.
Il a commencé son spectacle avec Truth, extrait de l’album Gospel Journey. Faada a réussi à établir un lien avec son public presque immédiatement grâce à sa personnalité engageante et charismatique. C’est comme s’il s’adressait personnellement à chacun. Il lui a fallu un peu moins de deux minutes pour faire chanter le public. Peut-être un nouveau record pour le livre des records Guiness. Avec Faada Freddy, il n’y a pas de vedettariat ni d’embonpoint. Il ne cache pas que l’utilisation de la loop station est relativement nouvelle, et que si les choses ne se passent pas comme il le souhaite, il n’hésite pas à recommencer. Juste.  Au début, il s’est adressé au public en anglais, avant de passer à sa deuxième langue, le français, lorsqu’il a remarqué que cela passait mieux que l’anglais. Dans le public, les Sénégalais présents l’encouragent à parler wolof. Pendant le reste du spectacle, le public a communiqué avec Freddy et Freddy avec le public dans un mélange de toutes ces langues.

Faada Freddy a été influencé dans sa musique par la musique de son enfance. Son père avait l’habitude de passer de vieux vinyles de musique Motown à la maison et c’est facile à entendre. Parfois, Freddy ressemble à un Donny Hathaway renaissant, mais avec un côté plus tranchant. Avec ” Reality Cuts like a Knife ” et ” Letter to the Lord “, Freddy a joué ses chansons les plus connues assez tôt dans son spectacle. Avec sa guitare acoustique et la loop station, il a réussi à créer le son d’un groupe complet. La joie de jouer se dégageait de la scène. Faada s’est visiblement amusé. L’énergie qui se dégageait de la scène était complètement absorbée par le public et, au fur et à mesure que le spectacle avançait, une synergie est apparue, qui fait qu’il est si agréable d’assister à un spectacle en direct. Délicieux.

Le nouveau single “Tables will Turn” a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme et, sous la houlette de Faada, tout le monde s’est mis à chanter. Lorsque Faada s’est lancé dans les premières notes a cappella de ” Borom Bi ” chantées en wolof, il a également réussi à faire taire le public d’un seul coup.  La voix de Faada Freddy est plus qu’impressionnante. Sa tessiture, sa souplesse, son interprétation des textes méritent une reconnaissance internationale.  Le qualifier de talent est un indicateur de son parcours jusqu’à présent, mais pour ceux qui ne le connaissent pas encore, que ce soit un dernier avertissement. Allez l’écouter.

Faada Freddy aurait pu jouer toute la nuit en ce qui concerne le public. Comme il est agréable de vivre une telle soirée avec d’autres personnes. Dehors, il faisait un froid glacial et humide, mais Faada Freddy a amené la température à l’intérieur à un niveau très confortable et agréable. Avec des chansons comme ” Africa Nanga Def ” et ” We sing in Time “, il a montré une fois de plus pourquoi il devrait faire partie de la première ligue des artistes africains d’aujourd’hui.  En hommage à sa grand-mère, qui l’a élevé, et dans le cadre de la Journée mondiale de la femme, il a interprété sa célèbre reprise de “No woman, no cry” de Bob Marley.  La chair de poule. Faada Freddy peut interpréter la chanson sans tomber dans le cliché ou la ringardise. Il est authentique. C’est peut-être sa plus grande qualité.

Avec une reprise de ” Tables will Turn “, Faada a clôturé sa prestation et a fait danser toute la salle. On se serait cru dans un film. Au milieu de l’avant, même l’homme très âgé qui s’était fait remarquer plus tôt avec ses béquilles et qui se tenait debout en agitant ses béquilles en l’air, dansait. Ce n’est pas une mauvaise blague. Faada avait fait un miracle.

Que ce soit la conscience. Il n’y a aucune excuse pour ne pas venir à l’un de ses spectacles bientôt, quand Faada reviendra en mai avec son groupe au complet, et un album tout juste sorti en poche. Le cœur chaud et le sourire aux lèvres, le public est sorti sous la pluie et dans le froid. Plus personne ne s’en soucie.