• Thu. Dec 8th, 2022

Vaudou Game ne montre aucune pitié à Sittard

ByJan Vranken

Sep 30, 2022

Le vendredi 23 septembre, le concert prévu de longue date de la sensation afro-funk française Vaudou Game, qui a ensuite été annulé en raison du Covid, a été rattrapé au Poppodium Volt de Sittard, Pays-Bas.

La salle avait programmé une première partie en la personne du duo Triana Y Luca. Je ne savais pas très bien qui était Triana et qui était Luca, mais ils forment un duo qui explore ensemble son patrimoine musical en jouant de la musique traditionnelle des pays de la sphère d’influence hispanophone dans le monde. Beaucoup de tristesse de type fado, et de la musique joropo, jouée sur un cuatro. Le chant était magnifique, très sobre aussi, il n’y a presque pas eu d’explosion dynamique. C’était certainement très beau. La moitié du duo jouant de la guitare et du quatro a également fourni des chœurs, mais ceux-ci étaient souvent très incertains et mal synchronisés. Musicalement aussi, le duo est apparu comme incertain et inexpérimenté. Les choses allaient régulièrement mal musicalement. Rien, cependant, qui, avec de la pratique et plus d’expérience, ne puisse devenir un beau geste.

A Sittard, seule une poignée de spectateurs avait pris la peine de venir à Volt ce soir. Il est sacrément dommage que depuis l’ouverture spectaculaire de Volt le 15 mars 2014, où plus de 600 visiteurs ont vu Blaudzun se produire, il est de plus en plus rare de parvenir à remplir ne serait-ce que la moitié de la salle. La seule explication qui me vient à l’esprit est que la foule nocturne de Sittard garde actuellement l’argent dans son portefeuille pour payer sa facture d’essence et ses jetons de consommation dans les chapiteaux épuisés de la prochaine Oktoberfest. Les artistes qui s’y produisent, comme Rebel Tell ( Schlager ist nicht Kriminell) , Dj Dirndl et Sumpfkröten, sont peut-être mieux adaptés à l’expérience culturelle locale.

La sensation africaine-funk franco-togolaise Vaudou Game, emmenée par le charismatique Peter Solo, ne s’est pas laissé décourager par le fait que cette représentation était probablement moins suivie qu’une soirée de répétition ordinaire. En sortant, Solo a manqué de peu de remercier personnellement toutes les personnes présentes pour leur présence et a annoncé qu’il avait l’intention de jouer avec son groupe. Qu’il en soit ainsi.

Dès le coup d’envoi avec ” Be My Wife “, il est devenu évident qu’il s’agit d’un groupe de classe. Aussi serré qu’une courroie de distribution fraîchement tendue sur un moteur V8, le swing et le groove sont au rendez-vous de la nuit au Jazz Club La Mandingue de Lomé. Peter Solo dirige ses compagnons comme James Brown ou Fela Kuti avec des gestes courts de la main ou un cri. Le groupe, vêtu de pantalons porno allemands bleus et blancs, suit le rythme du frontman comme une montre suisse de qualité. Quel groupe.

Dès la première seconde, le public s’est laissé aller à la séance de thérapie vaudou annoncée par Solo, qui allait rendre toutes les personnes présentes plus proches et plus heureuses. Et bon sang, le traitement a fonctionné dès le début. Quelqu’un peut-il s’assurer que cela est inclus dans le forfait de base ? Lorsque le cortège vaudou collectif est arrivé à la troisième chanson “Lady Bobo”, il n’y a plus eu de retour en arrière. Tous les participants ont maintenant montré leur conformité. Tout le monde dansait et s’amusait. L’énergie monte entre la scène et le public. Le groupe s’amuse manifestement à jouer et observe avec un étonnement croissant le déroulement de cette fête.

À mi-chemin, Peter Solo a parlé sérieusement au public des origines du vaudou et du fait que nous avons tous la responsabilité de transmettre la terre à nos enfants d’une bonne manière. L’énergie a disparu très brièvement, et nous avons littéralement senti la température de la pièce baisser. Nous voulions danser, nous amuser, danser collectivement le plafond du prix de l’énergie de Rutte et nous réchauffer dans une énergie synergique et musicale.

Après cette grave rupture, il n’y avait donc plus de retour en arrière possible. Le set n’est jamais descendu en dessous de 120 BPM. La section rythmique irrésistible a propulsé la guitare de Solo vers de grands sommets, et on a rarement vu une pédale whahwhahah être autant malmenée pendant une performance. Une pure excitation. Tu as déconné “, ” Camisole ” et ” Bella ” ont permis au groupe et au public de communier ensemble, pour ainsi dire. Vaudou Game s’est révélé être un véritable top act à Sittard, qui nous a respectueusement balayé, nous, le public présent, l’a enroulé, l’a mis dans sa poche arrière et a joué totalement à plat.

Avec le rappel du tube estival ” Pas Content ” et la chanson ” Grasse Mat “, la victoire était complète. Les flaques de sueur sur la piste de danse pouvaient être épongées. Quelle belle soirée.

Photo (c)Perry Hermans