• Thu. Dec 8th, 2022

Youssou Ndour & le Super Etoile de Dakar décrochent la couronne sur ADE

ByJan Vranken

Oct 20, 2022

Un proverbe bien connu dit : “La gloire à qui revient”. Dans le cas de cette revue de concert, tout le crédit revient à l’organisation de l’Amsterdam Dance Even, le plus grand événement de danse au monde. ADE le fait. Par exemple, Youssou N’Dour & le Superetoile ont programmé le Dakar au Concertgebouw d’Amsterdam. Avec cela, ADE fait une déclaration et reconnaît l’origine de toute danse que nous entendons aujourd’hui dans toutes ses manifestations. La musique tribale ouest-africaine, après avoir été exportée de force vers les continents américains, est devenue la base d’une grande partie de la musique commerciale et artistique occidentale. Sur le continent africain, la musique s’est développée davantage et les influences de la musique occidentale ont été à nouveau intégrées. Youssou Ndour est le roi de la musique africaine depuis des décennies, « le roi de mbalax », la musique de danse sénégalaise. Applaudissements pour l’organisation de l’ADE qui a programmé ce concert.

La salle de concert d’Amsterdam affichait complet jusqu’au dernier siège. Ici et là, quelques sièges restaient vides. Des personnes encore attaquées par le Covid ou qui n’ont pas pu rejoindre Amsterdam à cause des grèves de bus. Tout le monde n’a pas eu la même chance. Le public était un mélange coloré de la diaspora sénégalaise aux Pays-Bas, d’un public de musiciens traditionnels et d’amateurs de musiques du monde. Vous pouviez sentir l’envie et l’excitation dans le public. Nous ne voyons pas souvent cette star mondiale aux Pays-Bas.

Soudain, un homme un peu plus âgé avec des lunettes Lubumba, vêtu d’un beau costume traditionnel, est monté sur scène. Il s’est avéré que ce n’était autre que Mbaye Dieye Faye, l’un des grands de la musique ouest-africaine et le percussionniste permanent et maître de piste de la Supertoile de Dakar pendant des décennies. Il a annoncé le roi du mbalax, et le voilà monté sur scène, vêtu d’un beau « grand boubou » bleu clair. Pas de grande entrée, il était juste là.

Et puis vint la voix. ‘Saday akh tangay bi’ a été utilisé. Bien sûr, Ndour a également contribué à la sensibilisation aux conséquences du changement climatique, qui revêt également une grande importance pour des pays comme le Sénégal, si proches de l’équateur. La voix de Ndour ne s’est pas usée depuis des décennies, elle est devenue plus forte, sonnait magnifiquement. Dans la salle de concert, de nombreuses personnes se sont promenées avec la chair de poule après seulement 3 minutes.

Après la première chanson, le reste de la légendaire Superetoile de Dakar a rejoint leur contremaître sur scène. Après le décès bien trop précoce du directeur musical et bassiste Habib Faye en 2018, il manque au groupe un grand musicien et un leader musical magistral qui a réussi à pousser chaque performance à des sommets sans précédent. Or cette tâche était confiée à Mbaye Dieye Faye qui était, en plus d’être un grand musicien, un plus grand showman encore. Faye nous manquera à jamais.

En plus de la jeune génération de musiciens qui ont complété la Supertoile, c’était agréable de voir les guerriers deo ude qui, avec Youssou et Faye, ont rendu la Supertoile si géniale. Le joueur de tama Assane Thiam, le sorcier au petit instrument à percussion, le susmentionné Mbaye Dieye Faye, et à la guitare il y avait Jimi Mbaye. Le vieil ami, le grand maître, qui après quelques années est revenu à ses frères musiciens. Quel lien. Vivez dur à battre. L’un des meilleurs groupes live au monde.

Lorsque le groupe a ensuite commencé “Li Ma Weesu”, la musique est passée à la vitesse supérieure. La diaspora sénégalaise a été la première à quitter ses sièges pour aller danser. Avant que la chanson ne soit à mi-parcours, toute la salle dansait comme un homme et s’amusait. Le groupe a joué ses breaks rythmiques inimitables serrés et sans faille. Le saxo a joué en solo au plafond et à l’arrière avant qu’Assane Thiam ne s’avance. Youssou a pris le micro et l’a tenu derrière le tama. L’excitation pure envahit la salle. C’était fantastique.

Lentement mais sûrement, le groupe a travaillé vers un point culminant. C’est arrivé quand ils ont utilisé ‘Immigres/Bitim rew’, le classique, qui date des années 70. Non seulement un moment fort musical qui a tourné sur scène jusqu’à ce que vraiment plus personne n’ait plus de résistance, mais aussi un moment unique en termes de sentiment. Une vague de mal du pays déferla sur la diaspora dans la pièce. Votre critique vit au Sénégal depuis des années et a senti la brise sur la Corniche, l’odeur du mimosa et le chant du Muezzin. La musique touchait tous les sens et même le septième.

Tous les freins ont été relâchés et le groupe a joué, transformant la salle de concert en boîte de nuit Thiossane, domicile du Superetoile. Mbaye Dieye Faye dansait, jouait ses jeux avec le public, les danseurs dansaient le sabar. C’était beau, très beau.

Pour le rappel, le groupe est apparu vêtu des nouveaux maillots de l’équipe nationale de football du Sénégal. Youssou portait fièrement le numéro 12 . Le douzième lion, le douxieme Gainde. Les supporters de l’équipe nationale de football. Dans un mois, le Sénégal affrontera les Pays-Bas au Mondial et les hommes sur le podium euh ont une confiance inébranlable dans leur équipe. A Amsterdam, l’équipe sénégalaise s’est facilement imposée à deux chiffres, mais rarement un public n’a été aussi facilement subjugué. C’était une très belle soirée. Chakanam !

Photos (c) Govert Driessen