• Fri. May 27th, 2022

Mdou Moctar joue dur mais tendre avec le public néerlandais

ByJan Vranken

Apr 6, 2022

Avec son dernier album “Afrique Victime” l’année dernière, le musicien d’origine nigérienne Mdou Moctar a établi la norme de la musique du monde au cours de l’année écoulée. L’album, qui a même été en partie enregistré dans le studio ‘Electric Monkey’ d’Amsterdam de Kasper Frenkel, verse astucieusement le Desert Blues original tel que nous le connaissons d’Ali Farka Touré, ou plus récemment, Tinariwen dans un mixeur et en fait une nouvelle version, également connu sous le nom de Desert Punk ou Desert Rock. Tout sur 11 et juste déchirer. le bassiste et producteur américain Mikey Coltun y a travaillé jusqu’à ce que la musique soit suffisamment à la mode pour finir par se retrouver dans de nombreux salons.

Depuis la sortie, Mdou Moctar n’a en fait tourné que là où c’était possible en raison de la couronne, et maintenant c’était enfin le tour de l’Effenaar à Eindhoven ux Pays-Bas. Le concert était complet depuis un certain temps à l’avance et la foule qui s’était rassemblée a été avertie avant d’entrer dans la salle par une affiche inquiétante accrochée à la porte de l’entrée qui disait : ‘Note : Loud Concert . Bouchons d’oreilles disponibles au bar.’

Un Africain avec un quart d’heure de retard, le band est apparu sur scène, pas de chichi, mais beaucoup de galère avant le coup d’envoi. Accorder des guitares, redresser des câbles, tout cela a dû être fait pendant un certain temps. Le coup d’envoi a été la chanson “Takamba”, non pas de l’album “Afrique Victime” mais de ‘Ilana’ datant de 2019. Avec Takamba, Moctar fait une déclaration sur son origine car le Takamba est une danse traditionnelle des Songhaï, de la région saharienne dont il est originaire. Pourtant, je crains que les anciens des villages du Sahara ne soient choqués s’ils entendaient comment Moctar a fait glisser leur tradition dans le XXIe siècle et l’a présentée avec une grande bravade au public d’Eindhoven. Quelle puissance, quelle énergie, quelle puissance. Le groupe n’a laissé pousser aucune herbe et a immédiatement précisé que l’intention était de conquérir Eindhoven.

Merveilleux de voir comment ce groupe ne se souciait pas de l’étiquette musicale ou de la vantardise. Le groupe a joué à cent pour cent au service du charismatique Mdou qui, même sans dire un mot, a réussi à enrouler le public autour de son doigt. Avec confiance, il a choisi ses victimes, pour la plupart féminines dans la foule, et les a collées à son manche avec un regard perçant et un sourire malicieux. L’homme prononça à peine un mot, mais son charisme magique et son jeu de guitare phénoménal attiraient le public comme s’il était le joueur de flûte de Hamelin.

Dans la deuxième chanson, le matos est monté d’un cran et Moctar s’est avéré être un vrai dieu de la guitare. Involontairement, des pensées sur Jimi Hendrix et sa bande de gitans me sont venues à l’esprit. Quelle démonstration de puissance insensée. Le groupe jouait comme s’il s’agissait d’un tout organique. Le bassiste et le batteur n’étaient pas connectés à un métronome ou à une piste de clic, mais jouaient ensemble à un rythme cardiaque, semblait-il. Accélérez et ralentissez quand cela ne convient à personne, mais le maestro a donné les devants. Les puristes de la musique auraient parfois horreur, mais ici la musique a pris vie, et ceux qui ont pu s’y adonner l’ont vraiment appréciée.

Après les deux premières chansons, il y a eu un moment de silence sur la scène, Mdou a regardé ses hommes et on pouvait voir sur les visages qu’ils connaissaient. Les Effenaar périraient sous cette valse du Sahel Punk. Bien sûr les chansons bien connues sont passées par “Taliat”, “Chismiten” et “Afrique Victime”.

Moctar a également joué une ‘nouvelle’ chanson. À un moment donné, s’adressant verbalement au public, il a déclaré avoir écrit ‘Les Funérailles de la Justice’ par mécontentement face à la situation dans le monde en ce moment. Verbalement, Mdou n’a pas pu très bien l’expliquer, mais l’homme a laissé reparler sa guitare. Avec son incroyable ‘technique à un doigt” que n’importe quel professeur de guitare en Europe désapprendrait, il a créé les sons les plus étonnants de son instrument toute la soirée. La basse grondait en position 11, que les bafles 15 se soient arrachées en fin de soirée et accrochées au placard c’était juste légendaire.

Cela faisait longtemps qu’on ne nous avait pas permis de voir un concert aussi intense. Le groupe n’a joué qu’environ 5 quarts d’heure, mais c’était plus que suffisant pour laisser le public rentrer chez lui satisfait, battu et fatigué de danser.

Photo’s (c) Mira van der Hagen