• Thu. Dec 2nd, 2021

Fatoumata Diawara se débat et émerge à Bruxelles

ByJan Vranken

Nov 6, 2021

Quiconque connaît la réputation live de Fatoumata Diawara sait que les attentes pour son concert précédemment reporté en raison du corona dans la belle salle de l’Ancienne Belgique à Bruxelles étaient élevées. Il suffit de regarder sa prestation au Montreux Jazz Festival ou au Vienna Jazz Festival l’année dernière pour savoir que Diawara représente le meilleur de la world music contemporaine.

La foule était au rendez-vous pour ce concert très attendu. C’est bien de voir qu’il semble que l’Ancienne Belgique va prêter plus d’attention aux musiques du monde, avec des artistes comme Angélique Kidjo et Oumou Sangare sur scène à Bruxelles dans les prochains mois.

Juste après huit heures et demie les 4 musiciens de Diawara sont montés sur scène et avec une longue intro ils ont annoncé l’arrivée du chanteuse . Ce qui m’a immédiatement frappé, c’est que le son dans la salle laissait beaucoup à désirer aujourd’hui. La batterie sonnait simplement maladroite, et pour le reste, le son du guitariste noyé dans la réverbération était prédominant. Un problème qui ne sera malheureusement pas rectifié pour le reste de la soirée.

La première chanson était, comme c’est souvent le cas : ‘Don Do’. Diawara chante son amour pour un homme qui, pourtant, a déjà donné son cœur à une autre femme. Il s’agit d’une chanson fragile et calme où la place est donnée à la manière fantastique dont la chanteuse interprète le texte avec sa voix avec un tranchant rugueux. Malheureusement, la voix s’est bloquée à mi-chemin du mix, la rendant à peine audible. Aussi incompréhensible qu’aucune guitare acoustique n’ait été utilisée, comme elle le fait normalement. Pour cette raison, l’ouvreur était moins que prévu.

En tout cas, c’est toujours une fine ligne sur laquelle les artistes doivent s’équilibrer. Essayez-nous d’interpréter notre musique le plus joliment possible, ou faites-ens des concessions parce que, par exemple, vous devez faire des choix en termes d’orchestrations et d’arrangements ? Ce dernier est clairement le cas lors de cette tournée de Diawara. Elle a joué sa musique avec un groupe pop derrière elle. Il n y pas des percussions africaines, une perte qui pèse lourd. Il n’y avait pas de choristes, ils étaient joués depuis l’ordinateur. Tous les instruments africains étaient « interprétés » par la guitare et les claviers. Et cela ne sonne pas toujours juste. Un guitariste qui joue une interprétation d’un n’goni en utilisant beaucoup d’électronique ou un claviériste qui joue une version e d’une kora. Ce n’est pas optimal. Compréhensible, car une tournée devrait rapporter de l’argent, mais à Bruxelles, la balance était contre l’artiste, en partie à cause du mauvais son dans la salle.

Ceci dit, force est de constater que le public s’est amusé au maximum et s’est laissé porter à travers le set par la chanteuse. A travers des chansons comme ‘Kokoro’ et ‘Kanou Dan Yen’, le tempo a été lentement augmenté. Comme à son habitude, à mi-parcours de son show, Diawara dédie la chanson “Negue Negue” au parrain de l’Afrobeat, Fela Kuti. Malheureusement à Bruxelles, l’intention a été complètement détruite par le mix réverbérant. Il semblait également y avoir quelque chose qui n’allait pas avec le batteur. L’afrobeat sans groove palpable n’est pas un vrai afro beat. Pour ceux qui connaissent Fatoumata Diawara en direct, la prestation à Bruxelles a dû être une déception. Pas de problème pour le public. L’afrobeat est entré comme la parole d’un ministre dans un croyant.

Puis Diawara dédie sa version de « Sinnerman » de Nina Simone aux femmes africaines fortes de la musique. Elle mentionne spécifiquement Billie Holiday, Miriam Makeba, Angelique Kidjo et Oumou Sangare. Cette chanson n’était pas juste. Il semblait que Diawara avait des problèmes avec sa voix, même si ce n’était pas évident à cause de la bouillie sonore dans laquelle sa voix était difficile à distinguer. Encore un batteur instable, un son de guitare exagéré qui est beaucoup trop proéminent. Les choses n’allaient pas bien à Bruxelles.

Le public ne semblait pas s’en soucier, ils étaient venus pour en faire une fête et ils l’ont fait. Après Sinnerman, le train est passé à la vitesse supérieure. Fatoumata Diawara a montré ses célèbres danses sur scène avec les numéros ‘Sowa’ et ‘Bonya’. Telle un derviche tourneur turc , Diawara a laissé tournoyer et bouillonner sa belle création africaine en wax africain . Le public a beaucoup apprécié. Les cheveux se sont détachés et Fatoumata a montré une fois de plus pourquoi elle était le seul bon choix pour jouer le rôle de Karaba dans la comédie musicale Kirikou. Spectaculaire.

Après le rappel ‘Anisou’, le public est rentré chez lui satisfait. Pourtant, il aurait pu y en avoir plus ce soir-là à Bruxelles. Fatoumata Diawara était en proie à un son sous-optimal, une voix froide ou fatiguée et un groupe qui ne marchait pas bien.

Fatoumata Diawara Setlist Ancienne Belgique, Brussels, Belgium 2021